Sachez que les différents textes associés aux différentes photos ne sont que des extraits de compositions d'auteurs du mouvement ou de versions raccourcies de compositions pour les plus longs textes. P.S: Cliquez sur les photos pour les agrandir !

 

 

 

 

 

Ne sois pas l'huile du moteur du monde

Mais plutôt les grains de sables qui l'inondent

Il n'est pas pas trop tard pour changer la sonde

Donc faites en sorte que les libertés abondent.

      Thimotée Amaury Duperret.

 

 

L'Homme est noirci par les publicités
Qui garnissent de long en large les rues
L'Homme est ébloui par sa cupidité
C'est elle qui tire sans cesse la charrue.

      Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

 

N'est original que celui qui ne cherche pas à l'être.

     Noémie Duperret 

Ces averses de pluie qui mouillent le sol n'est constitué que de boue et de sang. Les résidus des champs de bataille ont été apporté par le vent.
         Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

 

 

Creuse ta tombe car toi aussi, tu en viendras à bout.

      Thimotée Amaury Duperret

 

 

Je marche sur les traces de nos ancêtres

Je suis sur le chemin des mortels

Pourvu que les flammes envahissent mon être

Avant que notre société m'écartèle.

     Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

Consomme et donne des sommes à tous ces cons.

   Thimotée Amaury Duperret

Ce qu'il y a de frustrant avec la fumée, c'est son ombre et sa matière que l'on distingue mais que l'on ne peut attraper.

     Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

Le nucléaire nous amène la lumière

Et ses radiations nous enterrent.

      Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

 

Religion rime avec légion.

   Thimotée Amaury Duperret

 

 

Ce ne sont que quelques mots. Mais certains mots sont des armes de destruction massives. Ils sont prononcés par les mauvaises personnes puis ils entraînent le chaos et la destruction. Alors arrêtons de nous laisser avoir par ces quelques mots et réagissons.

    Aurélie Gaydon

 

 

Ne monte en aucun cas dans la tour

Ou bien ferme-toi à double tour

Sinon tu vas subir un aller sans retour

Car tu ne sais pas qui se trouve autour

      Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

Un petit air de peinture au niveau du bâtiment à droite.

 

 

 

Oh que voilà, un étrange ciel ténébreux !

C'est dû aux nombreux coups de feu

Que se lancent les chrétiens et les hébreux

En plein dans leurs organes suiffeux.

    Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

L'argent coule dans nos veines, le pouvoir n'est que source de haine.

    Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

Monte jusqu'en haut du clocher, seul le dieu qui n'est qu'une fantaisie pourra t'atteindre. Bref, la lumière de ta vie ne risque pas de s'éteindre.

    Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

Sauve-toi, cours, ne te retourne pas, fuis ! 
Même s'il n'y a personne qui te suit.

    Thimotée Amaury Duperret

Nous sommes tous des êtres humains

La preuve nous avons tous des mains

Malheureusement, la discrimination 

A été prise puis faite prisonnière

Par notre société de consommation

Elle est coincée entre les banières

Sortir enfin, elle aimerait bien

Mais personne y met du sien

Elle s'agrippe sans cesse et laisse des traces

En espérant qu'avec le temps, cela s'efface.

          Thimotée Amaury Duperret

 

De Naomi Belot
De Naomi Belot

 

Lorsqu'on met un emblême religieux à l'horizontal, c'est très révélateur ! Cette croix ressemble a une épée plantée dans un bloc de pierre. Ce n'est pas un hasard si cela est transmis, c'est pour nous avertir que la religion est une source majeure de déclaration de guerre.

   Thimotée Amaury Duperret

La société de consommation nous aveugle, arrêtons de consommer et nous vivrons enfin.

    Aurélie Gaydon

De Naomi Belot
De Naomi Belot

 

 

 

Toutes ces armes 

N'ont aucun charme

    Thimotée Amaury Duperret

Carte de l'Afrique faite à l'aide d'une feuille de papier et d'un briquet puis de crayons de couleurs.
Carte de l'Afrique faite à l'aide d'une feuille de papier et d'un briquet puis de crayons de couleurs.

 

Au lieu d'être obnubilé par ton sal frique

Regarde donc ce qui se passe en Afrique

Ne vois-tu pas la main qui se lève à l'horizon ?

C'est une personne qui souffre de ta déraison

     Thimotée Amaury Duperret

Après la pluie de Naomi Belot
Après la pluie de Naomi Belot
De Naomi Belot
De Naomi Belot
De Thibault Chambon
De Thibault Chambon
Oppression de Naomi Belot
Oppression de Naomi Belot
De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

 

 

Nous mettons notre planète à feux et à cendres

Mais nous ne voyons pas ce que cela engendre

    Thimotée Amaury Duperret

 

 

Un geste, un mot, un regard, un simple regard. C'était le regard de trop. Ce regard rempli de violence. Je l'ai subi et le subirai encore. Non pas parce que je ne veux pas changer, mais parce que je ne peux pas. La violence est partout. Personne ne s'en rend compte. Seuls ceux qui la vive au quotidien peuvent comprendre ce qui se passe dans nos têtes au moment où vous nous regardez. Ce regard qui veut dire tellement de choses. Ce regard qui fait plus mal que des mots. Car les mots ont le mérite d'avoir été prononcé et assumé. Alors que ce regard est fourbe. Il peut venir de n'importe qui, n'importe quand. On ne s'attend pas à ça. Nous ne sommes pas préparés. Personne ne peut prévoir, ne peut prévenir quelqu'un qu'un simple regard va l'anéantir. Qu'il va le hanter. Et qu'il va le retrouver chez de nombreuses personnes, de tous les horizons, et de toutes les classes sociales. Parce que, voyez-vous ce regard est universel, c'est le regard de la haine.

                                                           Aurélie Gaydon.

 

 

 

 

Au bout d'une lutte

Il y a toujours une chute

    Thimotée Amaury Duperret

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

Effrayée et troublée par cette société qui sans cesse s'avise de faire disparaître de la réalité toutes les choses qui l'humanise. Elle se noie dans ses larmes, elle se trouve sans arme. Elle se noie dans ses pleurs, elle se trouve sans coeur. Pour elle, vivre est un supplice car la vie et elle ne sont plus complices. Ce sont les vices des temps modernes, ce sont les sévices de l'ouverture des gibernes.

      Thimotée Amaury Duperret 

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

Vois-tu l'oiseau perché sur la branche d'arbre ?

Bientôt, il ne restera plus que ses plumes !

L'Homme entretient le futur bloc de marbre

Et ses actions ne sont faites que d'amertume.

   Thimotée Amaury Duperret

De Camille Ampe
De Camille Ampe

Cette matière blanche sur notre visage n'est qu'un mauvais présage. Il paraîtrait que c'est de la chaux vive, nos dirigeants ne veulent plus que l'on vive. Ils en lancent régulièrement sur notre système nerveux pour que l'on ne puisse plus réagir face à eux. Au revoir nos valeurs, elles sont sur le chemin de la mort. Bonjour leurs erreurs, notre soumission ils la commémorent. Nos valeurs, on se les remémore. Mais face à ces erreurs, n'avez-vous pas de remords ?

              Thimotée Amaury Duperret

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

Sens-tu le souffle de vent qui souffle sur ta peau engourdie ? Ce n'est qu'un air savant qui sans cesse te dit que ton engagement ne doit en aucun cas se tarir mais qu'il doit continuer d'intervenir en faveur de la Tahrir*.

*Tahrir => Libération en langue arabe.

   Thimotée Amaury Duperret


Montage de Thimotée Amaury Duperret
Montage de Thimotée Amaury Duperret

 

Nous sommes tous prisonniers de ce cercle vicieux

On aimerait en sortir mais nous ne voyons que les cieux

Pour faire valoir nos valeurs ailleurs que dans le contentieux

Nous sommes un peuple uni mais nous sommes trop silencieux !

Il serait grand temps de remettre les quatres essieux 

A la voiture Révolutionnaire tout en restant consciencieux.

     Thimotée Amaury Duperret

 

Quel beau coucher de soleil ! Ô rage !

Voyez-vous ces nuages qui troublent le crépuscule

C'est à travers eux que l'on perçoit un bel orage

Celui qui sera plus gros que votre corpuscule

 

Cette rage enfouie dans notre corps

Peut sans doute mettre fin aux horreurs

Mais prenons garde à l'arrivée de l'aurore

Car c'est là que nous écouterons notre coeur.

     Thimotée Amaury Duperret

 

 

Evitons de sombrer dans une ère nocturne

Pour cela, postons notre voix dans l'urne

Opter pour l'abstention 

N'est pas une solution

     Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

Quel beau paysage, n'est-ce pas ? Mais savez-vous ce qu'il y a derrière ? Des tas de gravats !

 

 

De ces arbres sortent des branches

De nos corps sortent des membres

Aimerions-nous que l'on fasse du mal à nos hanches ?

Non, dans ce cas imaginons que ces arbres sont nos chambres.

     Thimotée Amaury Duperret

De Thimotée Amaury Duperret
De Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

 

 

Un arbre, c'est comme un humain

Ses branches sont ses mains

Si on lui coupe sa cime

Ce n'est qu'un crime

     Thimotée Amaury Duperret

 

 

Le sang qui coule dans tes veines

Est semblable à celui qui coule dans les rues

Les tentatives d'écoulement sont vaines

Puisque ce liquide est en grande crue

    Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

Eclairons les néons de notre cerveau

Mais éteignons ceux des caniveaux

     Thimotée Amaury Duperret

De Thimotée Amaury Duperret
De Thimotée Amaury Duperret

 

 

Faites entrer l'accusé pour qu'on le rase

Après nous l'enterrerons dans la vase

Il a prôné la liberté, l'égalité, la solidarité

Maintenant, il n'est que dans l'illégalité

     Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

 

Le réveil est l'effrondrement de nos rêves

C'est à ce moment là que nos espérances crèvent

Mais il y a systématiquement une lueur d'espoir

Sur un fond de désespoir

     Thimotée Amaury Duperret

De Thimotée Amaury Duperret
De Thimotée Amaury Duperret

 

 

Seule une pression sur la gâchette

Peut éclairer la sombre pénombre

Seul sous l'ombre des décombres

L'Homme peut y trouver cachette

   Thimotée Amaury Duperret

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

Des morts et des souffrants

Des comateux et des vivants

Tous souffrent de l'hiver

Son froid les flagelle

Ses neiges les gêlent

Tel est leur calvaire

    Thimotée Amaury Duperret

 

De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

 

 

 

 

 

 

Toi, douces choses de la nature 

Pourvu que l'Homme te réserve un meilleur futur

 

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

Le bateau submergé par ses entailles puis par son encre

Le gouverneur brise le gouvernail et s'empresse de jeter l'ancre

Le gigantesque navire vogue sur les flots déchaînés de l'océan

Alors que tout chavire, l'embarcation sombre dans le néant

Les rats se sont-ils enfin décider à quitter le navire ?

     Thimotée Amaury Duperret

 

    

 

 

Aux cimetières des âmes perdues 

Des cordes sont suspendues

Des cervelles y sont fondues

Sur le sol, du sang est répandu

Aux cimetières des âmes perdues

Tels sont les résidus

    Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

Dans les eaux douces et brumeuses de la mer

Nous mourons tous de vos déchets amers

Laissez-nous vivre

Votre chasse nous enivre

Que la nôtre nous délivre

De vos bateaux ivres

Car sur Terre ou dans les mers

Nous ne sommes pas amers

La Terre, nous en sommes ses gardiens

Les mers, nous étions les premiers à nager sur les méridiens

                          Thimotée Amaury Duperret

 

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 


 

L'Homme à son propre détriment

Subira des millions de châtiments

Non pas parce qu'il aura enfreint des règles ou une loi

Mais parce qu'il aura aperçu un Aigle qui se déploie

Un symbole de la victoire, un symbole de la puissance

Le symbole obligatoire de notre jouissance

Pendant que le peuple utilisera sa liberté d'expression

Ses dirigeants utiliseront leur liberté d'oppression

Mais n'ayons pas peur de leurs menaces

Nos valeurs et nos idées sont plus que tenaces

Lorsque l'Aigle et la Colombe se seront enfin unis

Nos droits partis en trombe seront à nouveau réunis

    Thimotée Amaurry Duperret

De Aurélie Gaydon
De Aurélie Gaydon
De Camille Ampe
De Camille Ampe

Sur ce ciel orageux

Se mêle un bleu

Avec un fond nuageux 

Hum...sacrebleu !

Un beau rayon de soleil

Traverse ce ciel qui s'émerveille

Car après l'orage

Vient l'hommage !

   Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

Fait appel à la lutte

Pour atteindre ton but

 

Pour qui te prends-tu petit infame

A insulter ces deux jeunes femmes

Qui s'aiment au bord de ce doux ruisseau

Qui sèment de l'amour au bord de l'eau ?

Pour qui te prends-tu petit infame

A sortir et à pointer ta longue lame

Sur deux hommes qui s'enlacent ?

La discrimination aimerait partir mais hélas

Tu es beaucoup trop triste

Pour tolérer que des gens soient gays 

Tu n'es pas assez gaies

Pour tolérer qu'eux aussi, descendent du Christ !

            Thimotée Amaury Duperret

 

De Oriane Vizier
De Oriane Vizier

 

L'or du soir qui tombe

Annonce sa magie

Lors du soir qui tombe

Prends en compte l'écologie

Eteins donc ta vitrine et ses bougies

Pour que les oiseaux puissent y garder logis.

    Thimotée Amaury Duperret

 

Tu regardes le ciel

Son soleil et son miel

Tu regardes sa couleur

Ses nuages et sa noirceur

Tu regardes le sol à son heure

Ses verdures et ses fleurs

Tu regardes les rosiers

Ses pétales et ses brasiers

Tu regardes les poires

Jaunies par le désespoir

Tu regardes les pommes

Aussi corrompus que les Hommes

Tu regardes le bonheur

Son vide et sa douleur

Tu regardes le malheur

Ses chrysantèmes et ses pleurs

Tu regardes ton pays

Son muguet qui palit

Tu regardes le monde

Ses éclairs et ses orages qui grondent

Mais pourquoi ne pas faire appel à moi

Je peux changer le cours des mois

Je suis le souffle de vent qui t'enivre

Lorsque le soleil est à son zénith

Je suis la goutte d'eau qui se délivre

Sur la matière grise du granite

Je suis la nuit 

Et ses étoiles

Je suis celle qui luit

Sur le fond de ta toile

Et demain je me lèverai à l'aube

Car cette société, je la daube

Je suis la somptueuse révolte

Je suis le fruit de ta récolte

Entretenons le feu

Qui brille dans nos yeux

Arrêtons de surfer sur la vague à l'âme

Et ravivons la flamme

Redonnons la couleur fraise

A la noirceur des braises

Rallumons la brèche 

Qui ravivera nos crèches

Ne nous laissons pas soudoyer

Et éclairons nos foyers

Lorsque l'Aigle et la Colombe

Se seront enfin unis

Nos droits partis en trombe

Seront à nouveau réunis

   Thimotée Amaury Duperret

Auschwitz Birkenau de Malek Ansseur
Auschwitz Birkenau de Malek Ansseur

 

 

 

The one who does not remember the history is bound to live throught it again. 

                            George Santayana (1863-1952)


 

A chaque coin de rue

Des gens te ruent

Plein de préjugés

Ils ne cessent de te juger

Maintenant, tu es seul

Sous ton pâle linceul

Tu as vu en la mort un culte

Au moins, là bas personne ne t'insulte

Face à la blancheur

De tes mains froides

Face à la froideur

De tes jambes roides

Même les asticots

Te respectent

Même les haricots

Engagent le dialecte

Tu n'as plus de remords

Tu es allongé là, tel un mort

Plus à rien tu ne songes

Tant dis que les vers te rongent

     Thimotée Amaury Duperret

 

De Hélèna Mieszczak
De Hélèna Mieszczak
Vent tu me parles et m'inspires
Tu m'envois pleures et rires
Le parfum des arbres et de la terre
Parfois l'alpage ou bien la mer
Où que tu sois tu m'emplies de joie
Il n'y a pas plus engagé que toi
Tu me cries que tu es libre et heureux
Tu me jures que tu vas où tu veux
Tu me supplies de venir te retrouver
De te suivre partout en hiver comme en été
         Hélèna Mieszczak

De Hélèna Mieszczak
De Hélèna Mieszczak

Je vous compte ces quelques vers
Pour vous parlez de cette misère qu'est la guerre
Ces familles qu'elle détruit 
Ces destins qu'elle écrit
Ces enfants d'un mètre dix
Leur Etat ne veut pas qu'ils grandissent
Sous prétexe que c'est un moteur économique 
On laisse leurs coeurs s'envahirent de panique
Tant de peurs, tant de pleurs, pour arriver à la haine
Malheureusement il n'y à rien pour briser leurs chaînes
Personne pour les aidés
Ces pré-ados abandonnés
Livrés à eux-mêmes
Même chez nous il n'y a personne que ça gene
Quelques âmes que les guerres emmenent
Ne valent pas les raisons elles-mêmes
Certains disent qu'elles justifient une vie
Et moi j'espere que c'est bientôt fini

        Hélèna Mieszczak 

De Hélèna Mieszczak
De Hélèna Mieszczak

Seul sur les larges rives

Des eaux douces de ce fleuve

Tu vois des vies qui partent à la dérive

Des rivières de sang qui les abreuvent

Des enfants qui crient, des Hommes qui trépassent

Mais te fiches-tu éperdument de la misère d'en face ?

Tu lèves ton doigt à leur honneur

Alors que tu pourrais leur faire vivre le bonheur !

L'indifférence est source de violence

La solidarité est source de bonté

Retiens bien cette devise

Puisque ton coeur se divise !

          Thimotée Amaury Duperret

De Hélèna Mieszczak
De Hélèna Mieszczak

 

 

 

Nos droits qui se dégradent

Les devoirs qui montent en grade

La tyrannie qui gravite les échelons

Nos libertés blessées sous les coups de l'Aquilon

     Thimotée Amaury Duperret

Au milieu de ce champ

Dans un temps

Que l'on conjugue à l'imparfait

Se trouvait un enfant qui riait

Mais en aucun cas, il savait

Que par son biais

Des produits se vendaient

Achetées par ses cadets

 Thimotée Amaury Duperret

 

 

De Hélèna Mieszczak
De Hélèna Mieszczak


De Oriane Vizier
De Oriane Vizier

Tu es, heureusement, le seul

A trouver le monde merveilleux

Toi l'Homme dont les yeux

Sont cachés sous ce linceul

L'odeur nauséabonde

Des cadavres qui abondent

Au pied d'un soleil brûlant

Ne dérange t'-elle pas ton enterrement ?

    Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

Nous nous battrons jusqu'à ce que chaque cage soit sous les écrous,

Et non jusqu'à ce que chaque cage soit recouverte de beaux tissus.

Nous lutterons jusqu'à ce que chaque clivage soit ouvert et sans verrou,

Et non jusqu'à que chaque clivage soit brillant et sans issus.

    Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

L'arbre de l'Humanité

N'a plus de feuilles

C'est à ses pieds

Que les sensibles se recueillent

    Thimotée Amaury Duperret

De Camille Ampe
De Camille Ampe

Je suis toi, moi, il, nous, vous. Je suis tout, je ne suis rien. Un mélange d'origines et d'horizons. Je suis blanc,noir,jaune, et même bleu parfois. Je parle et je me tais, j’écris puis j'efface. Je suis le spectateur d'un monde à la dérive. Je vois mais ne fais rien, je voudrais mais je ne peux pas. Je suis seul, et pourtant accompagné. J'ai tout vécu, mais ne sais rien. Je mens et disant la vérité, je dis la vérité en mentant. Je suis un tas de contradictions. Je suis toi, moi, il, nous, vous... Mais surtout vous !

                    Aurélie Gaydon

De Camille Ampe
De Camille Ampe

A travers la fenêtre se faufilent les rayons

De soleil

Toi le petit ou le grand être habillé de haillons

Couleur groseille

Tu poses ta bouche sur le goulot 

D'une bouteille

Tu ne différencies pas liqueur et sanglots

De la veille

Victime des mauvais rayons du soleil

Tu t'attristes et tombes en sueur

Tu es en attente d'une lueur

Plus bleu que vermeille

Victime d'une Humanité indifférente

Tu places le revolver sur ta tampe

Tu presses avec rapidité la détente

Le crâne ouvert et le sang qui rampe

Tu as le coeur

Qui s'échoeure

Ta vie qui s'efface

Ta mort qui fait face

Une lumière verte émeraude 

Qui te rôde

Un habit dans un tissus noiraude

Qu'on te brôde

S'il faut être si près du fond de la tombe

Pour que le bonheur arrive en trombe

Alors à quoi sert de naître ?

A quoi sert d'être ?

A quoi sert de vivre ?

A quoi sert d'être ivre ?

<< Être ou ne pas être

Telle est la question.>>

  Thimotée Amaury Duperret

 

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

 

 

Le jour où la Colombe

Déplira enfin ses ailes

Elle étouffera toutes les querelles

Et mettra fin aux hécatombes

   Thimotée Amaury Duperret



 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n'est pas la tour qui est penchée, c'est le monde qui n'est pas droit.

        Aurélie Gaydon

Les territoires hostiles

Sont en grand nombre

Dans cette petite ville

Plongée sous les décombres

Dans sa main gauche, elle porte l'arme

De son oeil droit coulent des larmes

Du milieu de son front

Coulent des mares de sang

Un coeur elle apprit à vivre sans

Et c'est de ça que nous souffrons.

   Thimotée Amaury Duperret


Toi, la douce rivière

Que j'ai aperçu hier

C'est à toi que je songe

Lorsque la nostalgie me ronge

Assis sur ma chaise,

Même si tu n'es qu'une illusion,

Tu m'apaises

Ma condamnation est source de lésion

Cela fait maintenant treize ans

Que je suis dans cet univers carcéral

Cela fait maintenant treize ans

Que je ressens cet émotion viscérale

Suis-je un dommage collatéral ?

Suis-je un être funéral ?

Suis-je encore un humain ? 

Serai-je encore vivant demain ?

Je souffre sans cesse, cela me fait mal

A croire que la justice est immorale 

    Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

 

 

 

 

Une envie, un désir, une passion. Un frisson incontrôlable à chaque note. Chaque mesure m'enivre, chaque pause m’envoûte. Car seule la musique sait ce qui se passe derrière mon masque.

              Aurélie Gaydon

 

Photo prise sur Google
Photo prise sur Google

 

 

 

Notre deuil de la Terre a commencé

Notre intelligence nous a piégé

 

Dites adieu à la Terre

Nous lui avons déclaré la guerre

    Hélèna Mieszczak

 

Sur la clarté de l'asphalte

Un homme a prit la halte

Là où la poussière s'exalte

Il a reçu un coup de basalte

Coupable de sa différence

Victime de l'intolérance

Son essence va partir

Il est mort en martyr

   Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

 

La Terre est éphémère

Les éthers sont amers

Des cratères sont les mers

Sous terre sont nos mères

   Thimotée Amaury Duperret

De Oriane Vizier
De Oriane Vizier

 

 

Liberté, 

Je t'imagine dans mes rêves

Sourire aux lèvres

Aurore qui se lève

Docilité, 

Je t'imagine signer la trève

   Thimotée Amaury Duperret

 

Les flics qui te traquent 

Parce que tu as crié Liberté

Des violents coups de matraque

Sur ton visage bafoué par la réalité

Est-ce cela que tu veux ?

Alors votes pour le mal

Votes pour le Front National

Et tu auras ton heure de couvre-feu

    Thimotée Amaury Duperret

De Thimotée Amaury Duperret
De Thimotée Amaury Duperret

Tu te prends pour une héroine 

Lorsque tu sniffes de la cocaine

Les effets montent, tu es stone

Ta cloison nasale 

Qui se décale

La drogue qui te brûle les neurones

Tes pupilles qui se dilatent

Ta bouche qui te relate

Que tu vas mourir

Que tu es en train de périr

Que tu es en pleine overdose

La blême salive dégoûlinante

Ta terne vie qui te hante

Ta mort, telle en est la cause

    Thimotée Amaury Duperret

 

 

Ce pont n'est pas de l'humour

Au beau milieu de la capitale

Des gens ont privilégié l'amour

Au détriment de leur capital

  Thimotée Amaury Duperret

<< Lorsque le pouvoir de l'amour vaincra l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix. >> [Jimi Hendrix]

 

 

 

Un soir, en regardant le pâle ciel

J'ai vu la pluie versant son fiel

La grandeur de la faucheuse est officielle

Être l'objet de sa moisson va devenir essentiel

Plus le temps avance, plus l'on goûte à son miel

     Thimotée Amaury Duperret

Il a la fureur de vivre

Mais les marées de sang

Ont fait de lui un bateau ivre

Là sur la berge où l'armée descend 

Des soldats se battent puis meurent

Et donnent naissance à des pleurs

Les milliers de morts

Que l'on déplore

Font de la grise berge

Un foyer que la mort héberge

  Thimotée Amaury Duperret 

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

 

Le chat n'a pas perdu de sa fibre

Malgré tout cela, il reste libre

Griffes retroussées,

Oreilles dressées,

Allongé dans le vert de la nature

Il ne se soumet pas à la commandanture

  Thimotée Amaury Duperret

 

 

De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe

C'est en oubliant le passé

Que l'on ne cessera de trépasser

C'est en oubliant le présent

Qu'on en vient à le trouver plaisant

C'est en oubliant le futur

Qu'un monde paisible se fracture 

C'est en oubliant l'oubli

Qu'une tyrannie se rétablit

C'est en profitant du printemps

Qu'apparaît un nouveau temps

   Thimotée Amaury Duperret

 

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 


De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

 

Nous marchons sur le pont du bateau

Nous serons à bas bientôt

Les yeux fixés sur nos cuisses

Je doute que l'on puisse

Apercevoir au loin ce clair maïs

Apercevoir en haut le mat qui se hisse

Tel est notre raz de marée

On ne verra que le blé

   Thimotée Amaury Duperret

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

 

 

 

 

<< L'uniformité c'est la mort, la diversité c'est la vie. >> [Mikhaïl Bakounine]

De Jérémy Salamani
De Jérémy Salamani

Ce clair bois

Pousse  

Depuis des millénaires

Un arbre boit

Et un autre pousse

N'est-ce pas extraordinaire ?

Aujourd'hui, le bois

N'est plus qu'une haie

Où les animaux aboient

Témoin de cela, tu les*haies

*Les Hommes 

  Thimotée Amaury Duperret

28,63 % pour le parti socialiste

27,06 % pour le parti UMP

18,03 % pour les nationalistes

L'espoir nous a bien dupé

Bienvenue en France

Le pays de la souffrance

Bienvenue dans un monde

Aussi frustré que immonde

Sonnons les cloches 

De la Révolution pacifique

Discours en poches

Poings levés magnifiques

  Thimotée Amaury Duperret

De Camille Ampe
De Camille Ampe

Un jour, nous serons égaux...

Toi la personne à la tête de cette tyrannie

Que cherches-tu à faire

En nous faisant vivre l'enfer ?

Cherches-tu à faire naître l'acrimonie ?

Toi, sans idéal et source de spleens

Vas-tu réduire ta dure discipline ?

Vois-tu l'arc en ciel

Qui se glisse après la pluie ?

Ce n'est que l'avant garde officielle

De la Révolution après la nuit

Toi l'Homme couvert d'or

Vas-tu aimer l'aurore ?

Le crépuscule du jour

Annonce la fin des privilèges

Es-tu contre ou es-tu pour 

La fin des sacrilèges ?

   Thimotée Amaury Duperret

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

<< Aimer c'est résister ! >>

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

Mon coeur s'échoeure

Face aux vapeurs de la peur

Je noies mes rancoeurs dans la liqueur

Frappé par une certaine stupeur je m'épeure

Une rose dans le coeur

Une chrysanthème dans les yeux

Les pétales chantant en choeur

La mort de la fleur au teint radieux

   Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

Le coeur étouffé par les écumes
D'un sang gras et vermeille
Les yeux aveuglés par la brume
Transpercée par un brillant soleil

 

La parole emprisonnée de la plume

D'un encre sombre bleu et amer
La conscience grisée par le bitume
Transpercé par une ancre éphémère

Telle est la vie humaine
D'Hommes qui se démènent
Pour tout détruire sur leur passage
En s'écriant << Nous sommes des sages. >> 

Telle est une nature morte
Faite de veines et d'aortes
D'où jaillissent les haines
Qui nous mènent et nous emmènent

Au fleuve chaotique
D'un monde épileptique

   Thimotée Amaury Duperret

Aurélie Gaydon
Aurélie Gaydon

 

 

Lorsque le sang et la violence

Auront une odeur rance

Les eaux bleues du pacifique

Seront à nouveau magnifiques

      Thimotée Amaury Duperret

Le temps qui passe telle une balle qui s'élance et qui ne change pas... Le temps qui passe, qui nous plombe et nous ouvre le trépas... 

    Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

 

Telle une perle rare

La beauté orpheline

Vogue sur des routes calines

Qui ne vont nulle part

 

Telle une perle sage

La fatalité mortuaire

Vogue sur les routes du sanctuaire

Qui la soulage

      Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

 

 

Sur les autoroutes de poudre

La mort chevauche son cheval noir

Tandis qu'en cavale se promène la foudre

Sur les chemins marqués par les fers noirs 

De la mort

      Thimotée Amaury Duperret 

 

Un pied dans le sang

L'autre dans les larmes

Dans une main, tu tiens une arme

Dans l'autre, des balles tu en as cent

 

De tes yeux coulent les larmes du crime

De tes mains tombent l'arme du crime

     Thimotée Amaury Duperret

 

 

 

L'amour charnel est illusoire

L'amour est amical

Détester n'est que provisoire

La haine est radicale

    Thimotée Amaury Duperret

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

 

 

Navire poétique ayant jeté l'ancre

Dans les eaux sombres et amers

D'une planète en manque d'un encre

Pur et bleu que contenait sa mère

    Thimotée Amaury Duperret

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

 

 


De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe

Prisonnière de ses maux 

La liberté a perdu de sa fibre

Prisonnière de ses mots

Elle a composé un vers libre

 

Au crochet des maux

On lui a offert un bouquet de roses

Au crochet des mots

On lui a offert un bouquet de prose

 

L'Homme ne peut vivre sans elle

Sa seule liberté est dans sa plume

Elle ne peut vivre sans ailes

Puisque la tyrannie lui vole dans les plumes

   Thimotée Amaury Duperret

De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

 

De Camille Ampe
De Camille Ampe

 

 

 

L'art est un moyen d'expression

Il peut te rentrer dans le lard

Ou bien changer tes impressions

Sur ce monde qui ne va nulle part

  Thimotée Amaury Duperret

 

De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
De Camille Ampe
Schizophrénie
Schizophrénie

 

 

 

 

 

Si tu es le nombril du monde, alors je coupe le cordon.